Le pays du soleil pourpre

Livre Jeune Public

Le Livre

Ne manquez pas le premier épisode de la vie de Bogey le yorkshire ! Dans ce récit illustré par un peintre animalier de talent, un irrésistible chien de salon mène une existence dorée aux côtés de Mia, sa maîtresse chérie.

Hélas ! tout se complique le jour où un terrible accident propulse la joyeuse boule de poils au pays du soleil pourpre, un univers quelque peu hostile peuplé de mille et un animaux fantastiques.

Concentré d’optimisme et de gentillesse, notre héros à quatre pattes réussira-t-il à déjouer les nombreux périls qui le guettent ? Et surtout, retrouvera-t-il les bras rassurants de sa maman d’adoption ? Une aventure haute en couleur pleine de tendresse qui ravira petits et grands.

Extrait

Extrait

Avant il n’y avait rien ou peut-être je n’avais conscience de rien. Puis je me suis senti glisser dans un espace très étroit. J’ai vaguement perçu un changement dans mon environnement sans que je sache exactement de quoi il s’agissait et j’ai perdu conscience. Dans un moment de lucidité, j’ai senti qu’il faisait chaud mais plus sec. J’avais davantage d’espace aussi. J’ai soudain perçu une présence et j’ai avancé le nez. Un liquide a coulé dans ma gorge et je me suis endormi. J’étais bien.

La présence, le liquide, tout cela a recommencé plusieurs fois et c’était toujours aussi bon. Puis je me suis rendu compte que je n’étais pas seul. Des choses gigotaient, un peu, tout près, tout contre moi mais je ne les voyais pas. Je ne sais pas combien il y en avait. Je ne le saurai jamais car, de toute façon, je ne sais pas compter.

Mes yeux se sont ouverts. Parfois il fait clair, parfois tout est noir mais c’est peut-être parce que je me suis endormi. Je ne distingue rien à part la lumière mais je sais que je suis entouré de vie et de chaleur. Et il y a ce liquide chaud que je trouve du bout de mon museau et qui me procure un grand bien-être suivi d’une irrésistible envie de dormir.

Ça bouge de plus en plus. Les choses qui m’entourent me bousculent, me marchent dessus. Ça ne me plaît pas trop mais quand je gémis, une lamelle douce et humide me caresse et j’aime bien.

C’est plus difficile de trouver le liquide chaud. Les choses qui bougent m’empêchent parfois d’atteindre la source. Quand ça dure trop longtemps mon ventre me fait affreusement mal. Je ne peux plus dormir et je me sens tout faible.

J’ai pris conscience que les choses qui gigotent autour de moi sont des êtres vivants. Ils se ressemblent tous et ont pratiquement la même odeur. Je suppose que je suis comme eux. Il y en a aussi un plus grand qui nous cajole ou nous gronde. J’ai compris assez vite, quand mon odorat s’est développé, que c’était une femelle et qu’elle était ma maman.

Retrouvez mes livre sur les plateformes suivantes.

En ventes sur