Le fourgon de Prague

Roman Policier

« Quel moment sympa, plongé dans les pages de tes intrigues. Sous le soleil au bord des vagues, j'ai revisité Prague et ses quartiers comme si j'y étais. »

Le Livre

Un casse spectaculaire en pleine rue, des convoyeurs abattus froidement à la vue de tous, des millions volatilisés et surtout un mode opératoire qui n’est pas sans rappeler une précédente affaire à l’autre bout de l’Europe. Avec deux splendides capitales comme terrain de jeu, cette enquête s’inscrit dans la plus pure tradition du polar où les déboires affectifs côtoient les rivalités policières.

Après avoir exploré les tracas quotidiens du couple dans son premier roman, Frédérique Girard-Ory nous embarque dans ce Fourgon de Prague lancé à pleine vitesse et confirme un sens aigu du suspens.

Extrait

Extrait

«— Bah, moi j’aime bien ce que je fais et on est payés correctement. C’est un peu pénible de circuler quand il y a trop de touristes, mais on profite de la ville. Je ne m’en lasse jamais. Si tu travailles dans un magasin, tu ne verras plus rien.
— C’est vrai, ce ne sera plus pareil, mais j’irai me promener le week-end avec Hanka. J’apprécierai peut-être encore plus.

Pavel cessa de discuter et se concentra sur sa conduite. À part quelques grandes artères, les rues de Prague sont étroites et beaucoup sont piétonnes. La circulation était difficile, surtout avec le type de véhicule qu’il conduisait.

— Putain, qu’est-ce qu’il fait ce con ! Il pourrait avancer !
— On dirait qu’il est en panne.
— S’il avance pas, je le pousse !

La déflagration retentit, secouant le fourgon comme s’il avait été un vulgaire jouet en plastique.

— Merde ! hurla Pavel. Qu’est-ce qui se passe ?
Putain, on est braqués. Prends ton arme.

Il se jeta sur la radio, puis chercha à joindre le troisième convoyeur :

— Lukáš, Lukáš, qu’est-ce qui se passe ? T’es
blessé ? Parle-nous ! Ils sont combien ? Mais il n’eut
aucune réponse.

En relevant la tête, il vit deux hommes cagoulés
sortir de la BMW qui les bloquait. Ils portaient des
armes lourdes.

— Merde, merde, qu’est-ce qu’on fait ?
— J’en sais rien. Putain, j’voulais pas vivre ça. Et
Lukáš ? Si ça se trouve, il est mort.
— Les salauds, je vais les écrabouiller ! On va pas
se laisser faire.
— Non, Pavel, bouge pas, c’est pas notre fric !
Fais pas l’con !
— Lukáš, Lukáš, répond ! Ils l’ont tué, j’suis sûr !
Les fumiers.

Pavel enclencha la vitesse. Le fourgon s’ébranla. Un des braqueurs cria et mit son arme en joue.

— Arrête Pavel, arrête !

La cabine explosa littéralement sous l’impact. Le fourgon stoppa net.
Trois minutes plus tard, les braqueurs remontèrent dans leur voiture et disparurent dans une rue perpendiculaire.»

Retrouvez mes livre sur les plateformes suivantes.

En ventes sur