Les oiseaux de la nuit froide

Roman Policier

Le Livre

Au cœur de Stockholm se joue l’un des volets majeur d’un important trafic international au coeur du monde fermé de l’Art. Pour tenter de le démanteler, la police suédoise fait appel à Interpol et à ses impressionnants moyens d’investigation. Assassinats, argent facile et jets privés attendent les enquêteurs qui vont devoir démontrer leur professionnalisme et leur doigté dans cet environnement feutré et sans pitié. Mais le banditisme international n’est pas le seul à concerner la police : certains braquages de proximité vont se révéler aussi dangereux et nous feront redécouvrir que les méchants sont parfois ceux que l’on soupçonne le moins.

Riche en rebondissements, la suite du Fourgon de Prague nous entraine aux cotés de Tomáš et de l’équipe du Commissaire Tran, de Paris à Stockholm et de Prague à Lyon où se trouve le siège d’Interpol.

Un récit haletant, au rythme effréné.

Extrait

Extrait

« Le baiser de Sigrid le réveilla. Il sentit la chaleur de son corps, son odeur sucrée et sensuelle et se mit à la caresser. Cette fille représentait le parfait fantasme masculin de la Suédoise libérée. Il en avait fait des trucs avec elle ! Ça l’excitait rien que d’y penser. Elle transformait ses déplacements en festival de sexe. Il soupira d’aise et l’attira contre lui, bien décidé à lui faire l’amour, quand le souvenir de la veille vint balayer son désir. Une vague de colère le submergea et stoppa aussitôt ses élans érotiques. Il se remémora le dîner, le champagne, le kimono entrebâillé de Sigrid qui laissait entrevoir ses jolis seins et le haut de ses cuisses, puis son air énamouré quand elle lui avait annoncé son intention de venir en France pour quelques mois ou plus. Merde, pensa-t-il, pourquoi les bonnes femmes finissent- elles toujours par devenir envahissantes ? Ils étaient pourtant sacrément bien comme ça, elle et lui ! Qu’est-ce qu’il lui prenait, Bon Dieu !

La langue de Sigrid sur sa peau lui fit oublier son agacement. Il l’enlaça et lui fit l’amour avec toute l’énergie qu’elle réclamait. Elle se laissa ensuite aller contre lui, le corps abandonné, et ferma les yeux. Il sommeilla un moment jusqu’à ce qu’elle reprenne ses caresses tout en lui murmurant des mots doux.

– Humm, mon chéri, c’était si bon. Je rêve que l’on recommence.
– Ce serait volontiers, poupée, mais je n’ai pas le temps. Il la repoussa gentiment et se leva sous son regard étonné.

– Tu dois partir tôt aujourd’hui ?
Elle s’exprimait dans un anglais parfait. Il lui répondit depuis la salle de bains avec un accent français dont il avait un peu honte tant il était prononcé.
– Et oui, c’était prévu comme ça, je te l’avais dit. – C’est vrai, mais le temps passe si vite avec toi. Tu vas tellement me manquer. »

Retrouvez mes livre sur les plateformes suivantes.

En ventes sur